TRUITE STEELHEAD… A VENIR

AUTRES ESPÈCES… A VENIR

 

Le lac Ontario est le plus oriental et le plus petit des cinq Grands Lacs d’Amérique du Nord. Il s’étend sur 18 529 km², ce qui le place au 14e rang dans le monde

Il reçoit les eaux du lac Érié par la rivière Niagara et les chutes du Niagara, et se jette dans le fleuve Saint-Laurent.

Il est situé à la frontière entre les États-Unis (État de New York) et le Canada (province de l’Ontario) dont la région dite du fer à cheval doré avec la métropole de Toronto à laquelle il sert de pompe à chaleur notamment l’été pour assurer la climatisation de ses immeubles de bureau et celle des habitants.

Le lac Ontario fut identifié sous différentes appellations. Les Iroquois le nommaient Skanadario, ce qui signifie en langue Wendat, « lac aux eaux étincelantes ».

La Relation des Jésuites (1662-1663) le désigne sous le nom de « Lac Ontario » mais y réfère aussi parfois sous le nom de « grand lac des Iroquois » .

Dans ses Mémoires (1703), le baron de Lahontan fait allusion à ce lac qu’il nomme « lac Frontenac », en indiquant que le lac Herrié s’y décharge En 1712, une carte française réalisée par Jean-Baptiste de Couagne, et présentée au Musée canadien des Civilisations, nomme ce lac « Frontenac ».

Source Wikipédia

 

 

Le lac Ontario contient une biodiversité étonnante, il a une profondeur moyenne de 86 mètres (282 pieds), sa profondeur maximum est de 244 mètres (800 pieds), par contre du coté Canadien il atteint une profondeur maximum d’environ 160 mètres (525 pieds).

Les espèces de poissons sportifs les plus prisés sont le saumon Chinook, le saumon Coho, la truite Steelhead, la truite brune, le saumon Atlantic (Ouananiche), le touladis (truite grise) et le réputé Doré jaune de la baie de Quinte.